Enseignement et bourses scolaires

Enseignement

Différents dispositifs sont à la disposition des Français de l’étranger pour assurer une continuité dans l’éducation de leurs enfants, mais aussi pour permettre à chacun d’avoir accès à une formation continue tout au long de sa vie.

Tout citoyen devrait avoir accès à une éducation de qualité et gratuite, où qu’il réside. Ce n’est malheureusement pas le cas et le désengagement constant de l’état laisse souvent des investisseurs privés prendre le relai. Les frais de scolarité,exorbitants pour beaucoup, ne doivent pas devenir le privilège des seuls expatriés dont la société en couvrirait contractuellement les frais. Rappelons que 40% des Français de l’étranger sont des binationaux dont les revenus dépendent du niveau de vie local.

Bien sûr, un système de bourses scolaires existe. Mais ce système est largement insuffisant et l’enveloppe globale ne permet pas de gommer ces inégalités de revenu. De plus, en temps de crise mondiale comme nous la connaissons depuis l’apparition du COVID-19, les critères d’attribution ne reflètent pas les fluctuations de revenus à l’instant T.

Comment fonctionne le réseau d’éducation française dans le monde?

La France a mis en place un réseau composé de 535 établissements scolaires qui fournissent une éducation en français pour 40 % de Français et 60% d’autres nationalités. Ce réseau est géré par l’Agence de l’Enseignement du Français à l’Étranger (AEFE). Il comprend 71 établissements en gestion directe (EGD), 155 établissements conventionnés et 309 établissements partenaires. Tous suivent les programmes du Ministère de l’Education et préparent au Bac, ce qui permet à tout enfant inscrit dans un de ces établissements de continuer sa scolarité dans un autre établissement du réseau ou en France avec une ligne pédagogique unifiée.

Le type de gestion et le mode de financement dépend du statut juridique et financier de l’établissement.

  • les établissements en gestion directe (EGD) sont de droit public français et gérés directement par l’AEFE
  • les établissements conventionnés (comme le Lycée Français de Séoul)
  • les établissements partenaires de droit privé (comme le Lycée Français de Taipei, le Lycée International Xavier- jusqu’à la 6ème.)

Vous trouverez ci-dessous les principaux organismes et dispositifs concernant l’enseignement à l’étranger.

Enseignement : Liste des liens utiles

Bourses scolaires

Chaque année, deux commissions consulaires des bourses se tiennent dans les Consulat. A Séoul, comme nous sommes en “rythme Nord”, la première commission a lieu en fin d’année pour les nouvelles inscriptions scolaires de l’année suivante. La deuxième commission en milieu d’année vise à réexaminer des recours ou des dossiers ajournés et à traiter des inscriptions en cours d’année scolaire.

L’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) documente toutes les informations et démarches à accomplir pour constituer les dossiers de bourse scolaire que vous trouverez sur les liens suivants :

Transparence de l’argent public

Les bourses scolaires sont de l’argent public et en ce sens, elles requièrent une gestion transparente avant et après la commission. Peu de parents le savent, mais le montant global de l’enveloppe d’où sont réparties les bourses en commission, est un montant négocié et flexible. Il ne s’agit pas d’un montant plafond.

En amont de chaque commission consulaire de bourse, les postes consulaires sont tenus de communiquer aux membres de la commission le montant de l’enveloppe de référence initiale proposée par l’AEFE (l’agence pour l’enseignement du français à l’étranger) ainsi que la somme des besoins calculés sur la base des dossiers instruits. Si les besoins sont supérieurs à l’enveloppe de référence initiale, l’AEFE et le poste consulaire sont tenus de rechercher des solutions pour les mettre en adéquation en amont de la commission.

Ce n’est donc pas lors de la commission que ces ajustements sont réalisés mais en amont, pour assurer que chaque dossier est évalué par rapport à ses besoins et non par rapport à l’enveloppe disponible. En commission, toute pression exercée par un agent consulaire pour réduire la quotité attribuée à une famille au prétexte d’un effort collectif à réaliser pour “tenir dans l’enveloppe” est irrecevable et doit être dénoncée. Les quotités sont évaluées et calculées selon les besoins et les types de revenus de la famille. Une fois la commission réalisée, il importe que ces montants soient publiés et connus de tous. Les noms et les montants attribués à chaque famille sont effacés, et le montant des enveloppes globales et le nombre de dossiers recevables, ajournés ou rejetés doivent être consultable par chaque personne sur le site du consulat.
Ces éléments basiques de transparence n’étaient pas systématiquement appliqués par le consulat. Ils ont été revendiqués par notre mandat et doivent constamment être rappelés. Au fil des années, on remarque que l’un des facteurs de la baisse des enveloppes des bourses dans le monde est le non-recours aux aides par les familles. Ce qui n’est pas consommé une année, n’est plus remis au budget de l’année suivante.

Pour des informations pratiques concernant l’enseignement français à Taïwan et en Corée du sud, vous pouvez accéder aussi à notre page Enseignement du français.