Consultation citoyenne – résultats détaillés

Dans un souci de transparence vis à vis des analyses et engagements pris suite à la consultation citoyenne Corée du Sud / Taïwan, voici une version plus complète des résultats.

Nous présentons ici les données regroupées par thèmes, avec quelques commentaires reflétant notre analyse de ces résultats, le lien avec nos engagements ainsi que les tendances des réponses libres qui étaient proposées.

Profil des répondants

 

Dans l’ensemble, les personnes sondées ont un profil similaire à Taïwan et en Corée : Installés depuis plus de 5 ans, actifs de 31-49 ans et en couple binational.

Lieu de résidence

Depuis combien de temps ?

Tranche d’âge

Situation familiale

Situation professionnelle

Liens institutionnels

 

De manière globale, les sondés sont satisfaits des liens institutionnels avec les différents acteurs au niveau local.

Cependant, dès que l’on sort du profil “classique” ( contrat local / expatrié avec prise en charge totale par l’entreprise), nombreux sont ceux qui ont fait remonter des lacunes importantes du système actuel. Deux idées ressortent fortement : d’une part, un manque d’accès à l’information, que ce soit en ligne ou par le biais de newsletter / email ; d’autre part, des processus administratifs longs, fastidieux et souvent flous pour beaucoup de démarches.

Qualité des relations avec les institutions françaises locales

Même en étant marié, visa, sécurité sociale, travail…. sont un vrai casse-tête surtout si sa situation ne rentre pas dans une case bien définie par l’administration coréenne. Peu de liens entre les institutions françaises présente sur place et les institutions locales.

Extrême Difficulté à obtenir de l’aide sur les visa (compréhensible de la situation géopolitique) et l’accès aux aides, processus très long et flou mais la très bonne volonté de l’équipe locale.

Niveau d’information de la part des administrations françaises locales

Peu de communication de l’ambassade alors que l’inscription au registre à été faite.

À ce jour, je trouve les groupes Facebook beaucoup plus informés que les autorités.

Soutien des acteurs institutionnels (création d’entreprise, recherche d’emploi, de stage, reconversion professionnelle…)

Les demandes que j’ai pu faire (contacter la chambre de commerce pour des conseils emploi et poser des questions sur la situation Covid à l’ambassade) n’ont soit pas eu de réponse, soit une réponse de l’ordre de “je ne sais pas, contactez les personnes compétentes”. Mais qui est compétent ??

Ecologie

 

Tous les participants déclarent se sentir concernés par la cause écologique.

Nous avons également reçu un grand nombre de remarques déplorant le manque de conscience écologique de la population au niveau local, que ce soit en Corée ou à Taïwan.

Au niveau individuel, plusieurs personnes expliquent faire des effort de recyclage / consommation responsable, mais peu participent à des activités associatives liées à l’écologie.

Les idées majeures qui ressortent des propositions sont :

  • Besoin d’effectuer des actions de sensibilisation à la réalité de l’urgence écologique, en collaboration avec les structures locales
  • Au sein de la communauté française, s’organiser pour mieux connaître les ressources déjà disponibles (producteurs, associations, ateliers)
  • Se rapprocher des entreprises françaises sur place pour mettre en place des visites / actions conjointes

En tant que résident étranger, pensez-vous agir suffisamment pour la protection de l’environnement?

J’essaye à mon échelle d’être didactique, et de convaincre les gens qui m’entourent d’éviter les sacs plastiques, d’installer 1 ou 2 panneaux solaires chez eux (prise en charge à 80% je crois par la ville de Séoul), d’arrêter d’utiliser leur voiture pour tout et n’importe quoi, etc

J’essaye d’agir en évitant les déchets inutiles, achats inutiles, alimentation végétarienne, ...

Je trie, je recycle, je répare, j’essaie de manger moins de viande mais je continue à voyager en avion..

Implication dans une association (locale / en France ) liée à l’écologie

Je suis plus active en France pour la protection de l’environnement que en Corée. Ici je me retrouve dépassée par le rythme la culture et une sensibilisation environnemental peu présente dans la population coréenne et dans mon entourage.

Seulement ponctuellement suivant les événements.

Agir contre l’usage disproportionné du plastique et le suremballage.

Que les gouvernements locaux arrêtent d’encourager ou de rester passifs vis à vis de la surconsommation de plastique

remplacer tous les plastiques d’emballage par des matériaux biodégradables

Il faudrait déjà limiter les emballages et sacs plastiques au maximum

je suis très surpris de l’usage intensif des plastiques à Taïwan, surtout au niveau de l’emballage des fruits et légumes dans les supermarchés

Tente de réduire la consommation de plastique en Corée mais cela est difficile car tous les packagings sont très très axés sur le plastique.

Communauté française

 

Concernant l’organisation de la communauté française, les avis concernant la nécessité de resserrer les liens des citoyens français au niveau local étaient divergentes.

Notamment pour Taïwan, plusieurs personnes ont fait remonter leur craintes de promouvoir une vision trop “sectaire” de la communauté française, tendant à terme à un chauvinisme toxique.

En revanche, beaucoup ont aussi exprimé leurs difficultés à se rapprocher des français sur place pour cause d’éloignement géographique : la quasi totalité des événements est organisée dans les capitales.

Pour beaucoup, les activités culturelles seraient le moyen idéal de se rapprocher de la communauté, car elles permettent de venir en couple / famille, et de se retrouver autour de thèmes fédérateurs.

Enfin, plusieurs personnes ont suggéré un besoin de changement profond de nos habitudes, avec des actions plus tournées vers la solidarité, l’ouverture à la francophonie au sens large, ainsi que le partage (matériel ou de connaissances).

Niveau d’intégration sociale au sein de la communauté française

Proximité, intérêt commun, institution ou asso ouverte et integrante, mais surtout souhait d’intégration

Le manque d’occasions de se retrouver ; l’éloignement géographique, les occupations de chacun ; le fait qu’expatriés de passage et résidents de longue date n’ont que peu de choses en commun et pas la même vision des choses.

Il est important de se retrouver pour certains événements (Beaujolais nouveau, fête de Noël, concerts, etc.) d’où l’importance des alliances française et centres culturels français.

Je vis en province, donc loin des grandes communautés française. je connais quelques français mais ai logiquement peu l’occasion de les fréquenter.

je suis contre le communautarisme, en France comme à l’étranger. Cela ne m’intéresse pas.

Qualité de l’offre culturelle francophone

Des locaux pour l’institut français.

Il faudrait davantage de soutien de la part de l’Institut français dont les activités se concentrent trop dans les capitales.

l’absence de subventions ou d’aides aux acteurs culturels français sur place est particulièrement dommageable à la mise en valeur d’activités culturelles francophones non importées de France.

Bon niveau d’information sur les initiatives associatives culturelles ou sociales au sein de la communauté française?

Une meilleur communication, un site pour rassembler les différents évènements/ associations/ activités… qu’ils soient lié à l’Ambassade, à l’Alliance Française mais aussi ceux extérieur à ces institutions. Il me semble que cela permettra d’avoir plus de participant, plus de rencontre autour de sujet d’intérêt spécifique commun, et donc plus d’initiatives et de projets futur.

Souhait d’implication dans des activités au profit de la communauté

Souhait de proximité avec des activités associatives taïwanaises / coréennes à dimension sociale

Des initiatives basées sur la fusion france / culture locale (danses locales, art local, echange de langue, sport, randos, tours, actions engagées communes, caligraphie, cuisine,…)

Annexes

Les items présentés ci-dessous n’ont pas permis de trouver des propositions concrètes. Ils donnent néanmoins quelques informations intéressantes.

Impacts de la crise COVID-19

 

Globalement, il semblerait que les français vivant à Taiwan et en Corée n’ont pas été très touchés par la crise au niveau professionnel, avec seulement 10% ayant vu leur activité à l’arrêt complet.

Les gouvernements locaux ont géré cette crise sanitaire avec beaucoup de réactivité, ce que  les participants ont fait remarquer dans leurs commentaires.

Ceci explique notamment un niveau d’inquiétude financière relativement bas, avec peu de demandes de soutien des institutions françaises sur ce sujet précis.

Activité depuis le début de la crise

Télétravail ?

Niveau de préoccupation financière pour les mois à venir

 

 

Enfants / Éducation

 

Peu de participants ont actuellement des enfants scolarisés dans leur pays d’accueil.

Pour ceux ayant répondu sur ces items, le prix très élevé au sein des écoles françaises / internationales est un frein majeur à scolariser leurs enfants dans le système européen.

Ceci a également un impact sur l’enseignement de la langue française pour ces enfants.

Enfants scolarisés en Corée / à Taïwan

Enfant suivant le cursus de l’Education Nationale française

Difficultés à scolariser vos enfants dans un établissement du réseau AEFE